top of page

SOLO Théâtral de Joanna Belloni 

Anak Bali - Cie Topeng 11.jpg

ANAK BALI

ou comment  j'ai appris à danser le Topèng

Un solo théâtral exaltant, touchant et généreux qui met en scène le voyage initiatique à Bali de "ANA", personnage avatar de Joanna Belloni, comédienne, devenue danseuse de masques Balinais.

Le Mardi 13 octobre 2015, Ana, jeune femme occidentale, va danser pour la première fois le masque Topèng (traditionnellement dansé par les hommes) dans un temple Balinais lors d’une cérémonie rituelle dans le village de Lokapaska. Le vertigineux escalier qu'elle doit descendre ce jour-là pour aller danser lui rappelle l'escalier parisien de sept étages qu'elle a descendu en trombe pour s’envoler pour la première fois vers la toute petite île de Bali dans l’archipel indonésien…

C’était aussi un Mardi, il y a tout juste 3 ans, 1 mois et 16 jours, le 28 Août 2012, que l’intrépide Ana quitte sa chambre de bonne exigüe, check-list en poche, sac sur le dos, images de cartes postales en tête, sans soupçonner alors que ce voyage serait le début d’une longue histoire d’amour avec l’île de Bali. De ce souvenir vivace, Ana retrace le fil des événements de son histoire hors-normes pour gravir les marches de cet édifice qu’est la danse Topeng et délivre avec sincérité une aventure théâtrale et spirituelle au rythme des va-et-vient entre culture d’origine et culture d’accueil jusqu’à l’immersion totale.

Apprendre une langue, transformer un corps, s’initier à une autre vision du monde ne se fait pas en un jour, patience, persévérance sont les maîtres mots du processus d’intégration absorbé parfois laborieusement, parfois aisément, parfois subtilement. Se tisse alors une passerelle entre quatre mondes : l’occident, l’orient, le visible et l’invisible.

UN THEATRE VIVANT

 

Comment une culture que nous ne connaissons pas peut-elle nous interpeller intimement? Grâce au théâtre, des personnes de cultures différentes se rencontrent, qui n’auraient pas, sans le lien du théâtre, eu l’occasion de s’inviter pour le thé. Ce que chacun cherche dans le théâtre, peut être très varié. Un lien à une culture, un moment de communication avec des forces qui nous échappent ? Un lien avec une source vitale ? Anak Bali raconte comment le théâtre est à la fois un artisanat, une tradition et un art mystique.

Le Topeng demande un long apprentissage très concret et physique pour convoquer l’ineffable, il est un théâtre si vivant pour la société dans laquelle il évolue qu’il accompagne les habitants de l’île de Bali dans tous les rituels de la venue au monde jusqu’à la mort. Nous avons pensé le spectacle pour que le public prenne conscience et s’imprègne du cheminement, de la démarche qu’il y a à faire pour être perméable aux danses, aux esprits et mouvements qu'elles convoquent. Si nous voulons nous sentir concerné, être touchés par de l’étrange, il nous faut passer par des changements de repères.

Ensemble nous avons pu concevoir un spectacle à la fois dans le souci du respect du Topeng et dans celui de profiter de la liberté qu’offre un plateau. Nous avons puisé dans la réalité pour en extirper la théâtralité, cherchant à révéler le sens, le comique, les bouleversements des situations vécues ; plutôt que d’expliquer les découvertes culturelles, nous avons privilégié le ressentis. Plus le spectacle avance, plus Ana s’imprègne d’un nouvel univers, plus le rapport au corps évolue – le corps se métamorphose. Le public assiste à cette transformation, qui passe par l’apprentissage d’une danse, l’apprivoisement d’une énergie à la fois puissante et souple que requière le Topeng.

Initiés au contexte et à la culture balinaise, nous souhaitons que les spectateurs puissent être touchés par une théâtralité de plus en plus forte, qu’ils se sentent concernés par des gestes de moins en moins réalistes, jusqu’à ceux de la danse puissante et extrêmement délicate du topeng Dalem Arsewijaya.     

 

J’ai découvert avec la création d’Anak Bali un art ancestral qui n’est pas figé et qui peut-être convoqué dans un contexte culturel occidental. J’espère que le public partagera ce ressentis, propice à la fascination, à l’imagination et à l’ouverture d’esprit. C’est un voyage…

N'oublie pas les quatre grands principes 

quand tu vas vers le Sud, souviens toi du Nord

quand tu vas vers l'Ouest, souviens toi de l'Est

Distribution 

Ecriture: Joanna Belloni en collaboration avec Apolline Roy

Mise en scène : Apolline Roy

Regard Chorégraphique : Elisabeth Cecchi

Interprétation : Joanna Belloni

Voix Off: Elisabeth Cecchi

Facteur de Masques : I Kadek Juliana et Pak Nyoman Juala
Création Costumes: Mireille Doëring-Born et Putu Leeyonk
Création Lumières: Félix Colas et Bartolo Filippone

Régie : Bartolo Filippone
Photographies: Rachelle Cassetta
Montage Vidéo : Brice Garcin

Graphiste – illustrateur : Jullien Dessailly et Camille Grosperrin

Production 2020 : Autoproduction -  Financement participatif KisskissBankBank

Diffusion 2021 : Compagnie Topèng

Soutient : Commune de Siaugues-Sainte-Marie (Auvergne) –  La Scène des Quais (Auxerre) – Association Culture et Développement (Marseille).

  • Facebook
  • Instagram
  • Vimeo
bottom of page